Geobulle
Geo-découvertes en Partage ...
 

Fort de Buoux

posté par artumg

Descriptions

Donné à la commune en 1975, le site, au sommet d'un énorme bloc rocheux, dévoile les ruines de cette ancienne place forte qui abritait autrefois le village. Porte, tour, donjon, citerne, silos, tranchées défensives, s'imaginent à l'aide du petit plan fournis à l'entrée.

Le promontoire rocheux sur lequel sera construit plus tard le fort, est d'abord investi pour sa position stratégique et défensive. Les habitations occupent alors les différentes cavitées rocheuses du site. C'est au moyen-âge que les premiers édifices fortifiés apparaîtront. Le fort sera finalement démantelé par Louis XIV en 1660.

L'entrée du site est payante et l'accès y est très fréquenté en été. Un parking gratuit est disponible à quelques centaines de mètres de la billetterie.

Tarifs :
Plein : 3€
Enfant ou groupe : 2€

Ouverture :
Toute l'année

posté par artumg

Le Fort de Buoux (Vaucluse) fait l'objet d'un programme d'étude (direction Laboratoire d'Archéologie Médiévale Méditerranéenne-CNRS), préalable à une restauration et mise en valeur. Entamé en avril 2007, le programme a été inauguré par un travail sur l'église médiévale. Ruiné depuis le XVIIIe s., l'édifice était en partie enfoui sous les décombres provenant des élévations et de la voûte. Le choeur a été dégagé dans les années 1970 par des équipes de jeunes gens. Le complément réalisé a permis de déblayer totalement la nef et de mettre en évidence une architecture complexe présentant plusieurs étapes de construction ainsi que des annexes ajoutées au cours du Moyen Age.

Si un pan de mur suggère une phase ancienne dont la datation reste à préciser (Antiquité tardive ou haut Moyen Age), l'essentiel est à dater des époques romane et gothique. L'édifice roman orienté, construit en moellons assisés, était probablement couvert d'une charpente et possédait une nef unique ainsi que des portes latérales ouvrant l'une au sud et la seconde au nord. Le choeur conserve un dallage remanié dont l'attribution au Moyen Age roman reste à confirmer. Au niveau de la travée de choeur, deux pilastres appareillés et adossés aux murs gouttereaux indiquent l'existence probable d'un mur peigne surmontant la toiture.

Un remaniement consista à créer unporche dans le mur sud et à proximité u choeur. Cet accès offrait une communication avec une chapelle latérale présumée dont l'amorce du chevet semi circulaire est perceptible. Ce plan sera par la suite transformé, l'absidiole étant remplacé par un mur rectiligne. La construction adossée à l'église possédait semble t-il un accès ouvrant vers l'ouest. Le murage d'une ou des deux portes nord et sud du plan roman originel pourrait avoir été murée lors de ces remaniements.

Une étape gothique indique le remplacement de la charpente (suite à un incendie ?) par une voûte appareillée. Le renforcement nécessaire des murs romans frêles entraina la construction de plusieurs contreforts extérieurs visibles au nord. Au sud, à ces dispositifs a pu être préféré le principe d'une longue salle voûtée jouant un rôle de contrebutement similaire. A l'intérieur, des chemisages en pierre de taille contenant des arcatures aveugles au profil brisé renforcent les murs romans ainsi pris en étau. Au sommet des chemisages, une corniche marquait le départ de la voûte dont de nombreux claveaux ont été retrouvés dans les comblements. Les arcs doubleaux divisaient la nef en trois travées. La création d'une porte, ouverte vers l'ouest et décalée dans la façade, pourrait être attribuée à cette phase datée du XIIIe s.

C'est au cours de l'époque moderne (XVIe s. ?) que la nef fut séparée en deux espaces consécutivement à la construction d'un mur transversal dont la fonction devra être confirmée. On pense à une distinction liée directement au culte : espace castral et paroissial, espaces destinés à accueillir les fidèles catholiques et protestants ? La probabilité d'une réduction du volume de l'église due à une réduction de la population n'est pas écartée, ni un état dégradé de la construction ayant obligé à maintenir la population dans un espace réduit. La conservation d'une banquette maçonnée et adossée au mur transversal côté choeur, ainsi que l'existence probable de stales de bois fourniront des arguments aidant les interprétations.

A l'extérieur, un bâtiment voûté sera adossé à l'église vers l'ouest : il est décalé afin de laisser libre le passage conduisant à la porte occidentale.

L'étude de l'église se prolongera durant l'automne, l'architecte en chef des MH ayant souhaité, avec le soutien de la Conservation régionale des MH, le déblaiement des abords utile à une meilleure formulation du projet de restauration.

Le programme bénéficie de la collaboration de l'Université de Stuttgart et de l'IGN qui ont dressé des relevés généraux et détaillés d'une grande quantité (scanner et levés au tachéomètre laser).

Le responsable de l'opération

posté par Inconnu

Contacts

Adresse :
84480 Buoux

Photos

Liens Internet

Commentaires

posté par artumg

Le site impressionne par sa situation au sommet d'un plateau incliné fermé de falaises. La curiosité vaut donc le détour mais les tarifs pratiqués mériteraient d'être divisés par deux malgré l'effort de restauration entrepris. Les explications sont limitées à leur plus strict syndical. Dommage.

Participez !

Vous connaissez ce lieu pour l'avoir visité ? Complétez-le !
 
Contact - A propos de Geobulle - Partenaires
Coups de coeur: Réflexologue plantaire à Aix-en-Provence - Annuaire des réflexologues à Aix-en-Provence - Naturopathe à Aix-en-Provence - Crèche parentale à Aix en Provence - Développement durable Montpellier
© Geobulle.com - 2006-2019